Découvrez notre division Stratégie Marketing RH
LAC-MÉGANTIC+LÉVIS+SAINT-GEORGES+THETFORD MINES

BLOGUE +

Cameron ressources humaines

Nancy Cameron

Nancy Cameron
CRHA, Conseillère principale

  2021 | 04 | 06

Comment se portent vos taux, de roulement (ou rotation) et taux de fidélisation, dans votre entreprise ?

Le taux de roulement (taux de rotation) est en fait un indicateur de « l’état de santé de votre entreprise ». Il s’agit d’un coefficient qui indique le ratio entre le nombre de travailleurs qui ont quitté une entreprise et le nombre de travailleurs dans l’entreprise, selon une période donnée.

Le taux de fidélisation peut vous donner un bon aperçu de l’état de vos départements ou de votre organisation au complet. La question de base à se poser ici est : « Combien d’employés restent dans chaque département ou dans notre organisation durant une période donnée? »

Comment calculer le taux de roulement et le taux de fidélisation ? Voici 3 formules à retenir :

  •  Moyenne d’employés

Nombre d’employés en début de période + Nombre d’employés en fin de période


2

  • Taux de roulement

Le taux de roulement est un excellent indicateur de problèmes dans les équipes, dans la culture organisationnelle ou dans les pratiques de gestion (ex. : processus d’embauche). Alors, assurez-vous de lui donner toute l’attention qu’il mérite!

Nombre total d’employés qui ont quitté l’organisation

 


X 100

Nombre moyen d’employés

 

  • Taux de fidélisation

Il est possible de l’interpréter comme la probabilité qu’un employé soit toujours à l’emploi de votre organisation à la fin de l’année. Ainsi, par exemple, avec un taux de fidélisation de 80%, vous avez 8 chances sur 10 qu’un employé soit toujours membre de votre équipe à la fin de l’année.

(Nombre d’employés en début de période + embauches externes) – départs

X 100


(Nombre d’employés en début de période + embauches externes)

 Alors, comment se portent vos taux, de roulement (ou rotation) et taux de fidélisation? Quand on se compare, on se console ou on se désole !

Au printemps 2019, le Baromètre RH de l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés indiquait une augmentation progressive du taux de roulement des employés dans les entreprises québécoises, atteignant une moyenne de 24,4 %, tous secteurs confondus. C’est-à-dire qu’une entreprise voit chaque année un employé sur quatre quitter son poste pour différentes raisons.

Dans un contexte où plusieurs entreprises affichent des postes vacants de façon récurrente, voire permanente, faire diminuer son taux de roulement revêt une importance capitale.

Pourquoi les employés changent-ils aussi souvent d’emploi ?

Brisons d’abord un mythe : les fréquents changements d’emploi ne sont pas le fait que d’une certaine tranche d’âge. On constate une augmentation du taux de roulement chez toutes les générations. C’est qu’aujourd’hui, les individus veulent préserver leur employabilité, ce qui signifie :

  • Développer leurs compétences et leurs outils;
  • Demeurer pertinents sur le marché du travail;
  • Faire progresser leur carrière.

Il n’est donc pas étonnant qu’une des raisons de départ invoquées soit « le désir de relever de nouveaux défis ».

Au-delà de ces raisons, les gens cherchent à s’investir pour des organisations qui :

  • Valorisent le plaisir au travail;
  • Permettent d’assumer des responsabilités variées favorisant l’utilisation des compétentes et des talents;
  • Sont gérées par des gestionnaires compétents, empathiques, mais courageux.

Comment fidéliser les membres des équipes?

En 2021, offrir un bon salaire n’est pas suffisant pour garder ses employés, heureux, longtemps. Il faut placer l’humain au cœur de son organisation. Comment? Voici quelques stratégies :

  • Programme d’accueil et d’intégration parce que :
    • 1 nouvel employé sur 5 démissionne dans les 45 premiers jours
    • les employés qui vivent un programme d’intégration structuré ont 69 % plus de chances de rester 3 ans ou plus dans l’entreprise.
    • la majorité des accidents du travail surviennent à des travailleurs ayant une durée du service continue inférieure à 1 année.
  • Mesures de conciliation travail et vie personnelle;
  • Communication et reconnaissance des employés;
  • Climat de travail sain, misant sur la collaboration entre les gens et les équipes;
  • Plans de développement des compétences et plans de carrière.

EN CONCLUSION, le secret pour relever le défi de la main-d’œuvre réside dans une culture d’entreprise forte et authentique, basée sur des valeurs humaines, reconnaissante de la performance individuelle et collective.

Voilà toutes les raisons pour passer à l’action afin de définir votre culture et mettre en place les stratégies nécessaires qui vous permettront de réduire votre taux de roulement et accroître votre taux de fidélisation !