Découvrez notre division Stratégie Marketing RH
LAC-MÉGANTIC+LÉVIS+SAINT-GEORGES+THETFORD MINES

BLOGUE +

Cameron ressources humaines

Marie-Pierre Gervais

Marie-Pierre Gervais

  2015 | 12 | 14

D’ici 5 ans, le recrutement passera par les réseaux sociaux

MÉDIAS SOCIAUX. Que nous le voulions ou non, les médias sociaux ont gagné le monde du travail et ont en quelque sorte modifié les règles du jeu. C’est pourquoi la 15e édition du Colloque en gestion des ressources humaines de la MRC de L’Assomption, le 3 novembre, portait sur le sujet.

«Les médias sociaux doivent faire partie de la stratégie de l’entreprise, même si on est une PME. Ils sont très utiles dans une stratégie de recrutement puisqu’ils donnent rapidement accès à une quantité d’informations énorme, non accessibles par le centre local d’emploi par exemple», mentionne Benoît Descary, conférencier et consultant en stratégie numérique.
 

Cependant, la présence d’une entreprise sur les médias sociaux ne se résume pas à ouvrir une page Facebook. Une réflexion et une stratégie doivent avoir été faites au préalable. « Je vois les médias sociaux comme un dépanneur. Pour que ça fonctionne, il faut s’en occuper. Facebook c’est le même principe. On doit avoir quelqu’un qui alimente notre page en continu. Un budget devrait aussi être alloué pour maximiser la stratégie de recrutement », poursuit le spécialiste des médias sociaux.

Différentes plateformes

Désormais, le recrutement des employés passe beaucoup par les médias sociaux, et selon Benoît Descary, cela devrait s’accentuer dans les prochaines années si bien que d’ici 4 ou 5 ans, le recrutement passerait principalement par les médias sociaux.

« Ça évolue rapidement. Aujourd’hui, plus de 50% de la population au pays possède un téléphone intelligent. Chez les plus jeunes, c’est plus de 70%, ce qui fait dire que dans quelques années, les gens actifs sur le marché du travail auront tous un téléphone intelligent. Les recherches passeront par cet outil, ce pourquoi les entreprises n’auront pas le choix d’être présentes sur les médias sociaux. Les gens voudront de l’information en temps réel, ce qui permettra un échange entre employeur et employé », projette M. Descary.

 

Si la plateforme d’affaires et de recrutement LinkedIn est en gros un portrait de qui fait quoi dans quelles entreprises, elle permet de faire une présélection avant d’aller en recrutement. « Son avantage c’est qu’en ayant un compte recruteur, nous avons accès à tous les profils. C’est une plateforme considérée comme un hameçon, comparativement à Facebook, dont la nature première n’est pas le recrutement. Même si ce n’est pas pratique courante en Amérique du Nord, on voit les grandes entreprises avoir une page de recrutement sur Facebook. Le but principal est de séduire les candidats qui sortent de l’école pour les amener à postuler », expose le spécialiste.

Pour une PME, une page Facebook peut être intéressante si elle est bien utilisée, note le conférencier. « Ce n’est souvent pas notre première idée en tant que recruteur parce que ce n’est pas le canal utilisé d’emblée, mais il reste que c’est efficace et rapide. Très simple d’utilisation, elle permet de publier une offre d’emploi, de « sponsoriser » la publication, de cibler une région, le type de population. Ça permet d’être très précis puisque les gens affichent beaucoup de détails dans leur profil comme l’âge, la scolarité. Facebook connaît tout de notre vie.»