Découvrez notre division Stratégie Marketing RH
LAC-MÉGANTIC+LÉVIS+SAINT-GEORGES+THETFORD MINES

BLOGUE +

Cameron ressources humaines

Nancy Cameron

Nancy Cameron
CRHA, Conseillère principale

  2021 | 01 | 28

Et la santé mentale des entrepreneurs ?

Avec la COVID-19, nous traversons une période sans précédent où nous devons composer avec les répercussions de la pandémie sur la santé et l’économie.

Depuis presqu’un an, dans le paysage médiatique, nous entendons régulièrement parler des professionnels de la santé qui sont à bout de souffle. La population en général reconnaît que leur rôle est essentiel et est consciente que leur situation peut être éprouvante.  Par ailleurs, ces derniers peuvent aller chercher un certain soutien auprès de leurs représentants syndicaux.

Il en est de même pour les deux Fédérations du personnel enseignant. Dans les médias ces Fédérations syndicales expliquent toute la complexité associée à la réorganisation du travail de même que des risques associés à la santé et la sécurité du personnel et des élèves. 

Le gouvernement provincial a également mis en place une campagne de sensibilisation sur la santé mentale pour la population en général et prochainement ce sera la journée Bell Cause pour la cause.

 

Mais qu’en est-il de la santé mentale des entrepreneurs ? 

En novembre 2020, la Banque du développement du Canada (BDC) a publié un rapport sur la santé mentale et le bien-être des entrepreneurs canadiens. Pour mieux comprendre comment se portent les entrepreneurs dans le contexte de la pandémie de COVID-19. La BDC a commandé une enquête auprès de 500 propriétaires d’entreprises canadiennes qui vise à faire le point sur la santé mentale et le bien-être actuels des entrepreneurs canadiens.

La BDC souhaite mettre fin à la stigmatisation qui entoure la question de la santé mentale des propriétaires et exploitants de PME canadiennes. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir pour faire tomber les barrières et les préjugés entourant la santé psychologique et pour changer la perception populaire de l’entrepreneur «visionnaire infatigable» et permettre ainsi aux propriétaires d’entreprise de montrer leur vulnérabilité et de demander de l’aide en cas de besoin.

Dans ce rapport, il est indiqué notamment qu’au niveau de la satisfaction des entrepreneurs à l’égard de leur santé mentale, (53%) ne se sentent pas bien à certains moments.  Il révèle également que (39%) se sentent déprimés au moins une fois par semaine et que (64%) se sentent fatigués, déprimés ou ont peu d’énergie au moins une fois par semaine. Le rapport indique également que :

« concilier les obligations professionnelles et les autres responsabilités de la vie semble être un défi majeur pour une majorité d’entrepreneurs qui ont déclaré qu’un meilleur équilibre travail-vie familiale contribuerait à améliorer leur santé mentale. L’accès à davantage de ressources pour faire face au stress a été la deuxième solution la plus souvent évoquée pour contribuer à la santé mentale ».

« Le stress peut être bénéfique à court terme, mais un niveau de stress élevé sur une longue période peut entraîner des problèmes de santé mentale plus graves », explique le professeur Étienne St-Jean, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la carrière entrepreneuriale à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Il ne fait aucun doute que la pandémie exerce des pressions importantes sur les entrepreneurs et les gestionnaires.  Ils se sentent plus stressés, anxieux, désespérés et isolés que jamais. Ils font face à des défis jamais vus, ni vécus, auparavant. Bien qu’habitués à être créatifs, à se dépasser, et à rebondir très rapidement, peu d’entre eux étaient prêts à affronter une telle crise.

Oui, il est vrai de dire que, depuis le début de la pandémie, certaines entreprises réussissent à bien se tirer d’affaire. Mais il ne faut pas oublier que pour l’autre portion, c’est extrêmement difficile. Et pour celles qui se tirent bien d’affaire, elles ont réorienté leurs opérations, elles ont travaillé en concertation avec les équipes, elles ont investi pour faire un virage technologique à 180 degrés, elles ont investi dans le développement des compétences de leurs équipes. Bref, les entrepreneurs, leurs gestionnaires et leurs équipes ont travaillé très fort pour maintenir les opérations en fonction. Le succès ne tombe jamais du ciel par hasard.

Les entrepreneurs sont des gens passionnés, ils réalisent des choses, ce sont des fonceurs et ils sont très performants. Ils s’en mettent gros sur les épaules pour concrétiser leurs rêves. Leur entreprise et son succès deviennent souvent une partie de qui ils sont. Leurs vies professionnelle et personnelle ont donc tendance à se chevaucher.

Dernièrement, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, a annoncé des investissements de près de 1,5 M$ afin de soutenir les travailleurs autonomes et les petites entreprises en matière de santé psychologique. Des webinaires gratuits sur la gestion du stress et la santé psychologique leurs seront offerts gratuitement en ligne.  Les entrepreneurs intéressés peuvent actuellement signifier leur intérêt et recevoir les renseignements sur le site : Québec.ca en remplissant le formulaire en ligne.

 

Puisqu’il faut briser le tabou : qu’est-ce que la santé mentale ?

La santé mentale passe par la recherche d’un équilibre dans tous les aspects de la vie : physique, mental, affectif et spirituel.  

Tout le monde éprouve à l’occasion de la tristesse, des craintes ou des soupçons. Mais de tels sentiments peuvent devenir un problème s’ils interfèrent avec notre vie de tous les jours pendant une longue période.

 

Cinq signaux d’alerte à surveiller 

Nous voulons naturellement paraître forts devant nos amis, nos collègues et notre famille. Mais il est important de prendre soin de soi et de chercher du soutien en cours de route si c’est nécessaire. Lorsque les entrepreneurs sont stressés, ils pensent souvent que travailler davantage les aidera à être plus performants. Mais cela conduit à la solitude, à l’épuisement professionnel et à la dépression.

Il est très important de reconnaître les signes avant-coureurs pour rompre ce cycle :

  • Changements dans les comportements habituels (p. ex., manger ou dormir beaucoup plus ou beaucoup moins que d’habitude)
  • Augmentation de la consommation d’alcool ou de drogues
  • Détérioration des relations et diminution de la sociabilité (ex. irritabilité)
  • Difficulté à fonctionner au travail, à la maison ou dans les relations (ex. problème d’attention et de concentration)
  • Défaitisme qui commence à nuire à votre capacité à accomplir votre travail (ex. pensées négatives persistantes)

« Vous n’avez pas à tout porter sur vos épaules. N’hésitez pas à parler de vos soucis à votre famille et à vos amis. Vous pourriez aussi vous joindre à un groupe de soutien aux entrepreneurs; il est parfois plus facile de parler avec d’autres entrepreneurs qu’avec des employés ou des membres de sa famille. Enfin, osez solliciter une aide professionnelle. Une discussion avec un psychologue peut souvent éviter que des problèmes non traités ne s’aggravent »

(Extrait du Rapport sur la santé mentale et le bien-être des entrepreneurs canadiens, BDC)

 

En conclusion, rappelez-vous que demander de l’aide n’est pas un signe de faiblesse.    Vous êtes gestionnaire ou entrepreneur ? Cette crise est sans précédent, il est essentiel de prendre soin de vous et de votre santé : Pour être accompagné et ne pas être seul

Sources :