Découvrez notre division Stratégie Marketing RH
LAC-MÉGANTIC+LÉVIS+SAINT-GEORGES+THETFORD MINES

BLOGUE +

Cameron ressources humaines

Nancy Cameron

Nancy Cameron
CRHA, Conseillère principale

  2010 | 01 | 12

La grippe A (H1N1) : la protection de la santé des employés et le maintien des activités de l’entreprise

Les effets prévisibles d’une pandémie sur les entreprises

S’il y a lieu, la première conséquence d’une pandémie de la grippe A
sera l’absentéisme. En plus de ne pas pouvoir travailler parce qu’ils sont
malades, il est fort probable que les employés aient besoin de s’absenter
pour s’occuper de parents ou d’enfants malades, ou être forcés de
rester à la maison (ex : en cas de fermeture des écoles et des garderies).
Selon le experts, les employeurs doivent anticiper un taux d’absentéisme
relativement élevé de leurs effectifs, d’autant plus qu’une pandémie
peut durer une année ou plus, et comprendre 2 ou 3 vagues de
propagation d’une durée de 6 à 8 semaines chacune.

En plus d’engendrer un manque de ressources humaines, une pandémie
de la grippe A pourra entraver le fonctionnement normal des entreprises
et ce, de différentes façons :

– De plus grandes difficultés d’approvisionnement dans le cas des
matières premières et marchandises importées de l’étranger ;
– La fermeture des frontières, autant pour l’exportation que pour
l’importation des produits;
– Les difficultés à réaliser des rencontres professionnelles, par crainte ou
pour limiter la contamination;
– La difficulté à réaliser les commandes des clients;
– La hausse (ex : accès à Internet) ou la baisse significative dans la
demande de produits et services;
– La difficulté à obtenir les services des sous-traitants, ce qui pourrait
avoir un effet, entre autres, sur l’entretien des principaux équipements.

De ce fait, les entreprises pourront donc avoir de la difficulté à compter
sur leurs ressources humaines, à s’approvisionner, à assurer un
fonctionnement minimal de leurs opérations et à assurer un maintien des
services à leur clientèle.

Les obligations de l’employeur et les droits des employés en matière de
santé au travail, dans un contexte de pandémie

En période de pandémie, la participation des employés et des
employeurs demeure indispensable afin d’atteindre les objectifs de
prévention déterminés par la Loi sur la santé et la sécurité du travail
(LSST), dans le but de protéger la santé, la sécurité et l’intégrité physique
des travailleurs.

Obligations de l’employeur
La LSST stipule que l’employeur a l’obligation de prendre les mesures
nécessaires pour protéger adéquatement les travailleurs. Ces mesures se
rapportent principalement à l’aménagement des lieux de travail, à
l’instauration de procédures sécuritaires de travail, à la fourniture
d’équipements de protection personnelle lorsque requis et à la
participation aux mécanismes de gestion en santé et sécurité au travail

Obligations de l’employé
L’employé doit quant à lui prendre les mesures nécessaires pour protéger
sa santé, sa sécurité et son intégrité physique. Il doit porter les
équipements de protection personnelle qui lui sont fournis. Il doit
participer aux mécanismes de prise en charge mis en oeuvre par
l’employeur dans le cadre des mesures préventives instaurées par ce
dernier.

Droit de refus de l’employé et plainte à la CSST
Lorsqu’il estime que sa santé, sa sécurité ou son intégrité physique est
menacée de façon immédiate, l’employé dispose d’un mécanisme en
vertu de la LSST : le droit de refus d’exécuter un travail.

En effet, l’employé peut exercer un droit de refus de travailler s’il a des
motifs raisonnables de croire que l’exécution de ce travail l’expose à un
danger pour sa santé, sa sécurité ou son intégrité physique. Le
représentant de la CSST doit pouvoir constater l’existence d’un danger
justifiant l’exercice du droit de refus dans le contexte particulier de la
demande présentée. Il devra évaluer si les mesures de protection mises
en place par l’employeur sont suffisantes et en relation avec l’ampleur
du danger.

Un employé peut aussi déposer une plainte à la Commission de la santé
et de la sécurité du travail (CSST). En période de pandémie, les modalités
de traitement du droit de refus et des plaintes demeurent les mêmes
qu’en temps normal.

Des exemples de mesures en vue de protéger la santé de vos employés

– Élaborez et diffusez des programmes et des documents sur la
pandémie soit sur les signes et symptômes de la grippe A, le mode de
transmission, les mesures à prendre, etc.
– Élaborez des politiques afin de prévenir la propagation de la
pandémie sur les lieux de travail en encourageant l’hygiène
respiratoire, l’hygiène des mains, la vaccination annuelle et la mise à
l’écart rapide des personnes qui présentent des symptômes de la
grippe. Vous pouvez aussi consulter le document Mesures de
prévention de l’influenza dans un contexte pandémique à l’intention
des employeurs et travailleurs du Québec, préparé par le ministère de
la Santé et des Services sociaux et la Commission de la santé et de la
sécurité du travail, disponible sur le site Internet
www.pandemiequebec.gouv.qc.ca.
– Mettez des directives en place afin de modifier la fréquence et le type
des contacts personnels entre les employés et les clients (par exemple,
cesser de se serrer la main, éviter de participer aux réunions en
personne, éviter de partager des espaces de bureaux étroits et de
partager le matériel de travail).
– Encouragez et facilitez les vaccins annuels contre la grippe
saisonnière et contre la grippe A (lorsque les vaccins seront
disponibles) chez les employés.
– Encouragez l’accès des employés aux services de soins de santé, en
cas de pandémie, et facilitez ces services, si possible.
– Identifiez les employés ayant des besoins particuliers (ex : travailleuses
enceintes ou personnel âgé) et tenez compte de leurs
exigences/conditions dans votre plan d’action.
– Élaborez des politiques afin d’accorder une souplesse quant aux lieux
et aux heures de travail (par exemple, le télétravail et les horaires de
travail décalés).
– Élaborez des politiques pour les employés qui ont (ou auront) été
exposés au virus de la grippe A, que l’on croit malades ou qui
tombent malades sur les lieux de travail.

À partir de documentation produite par la MDEIE, voici un petit aidemémoire,
afin de permettre à chaque entreprise de se doter d’un plan
de continuité des opérations en cas de pandémie.

– Identifiez les employés et autres ressources essentiels au maintien des
opérations de votre entreprise, par lieu de travail et par fonction (ex :
matières premières, fournisseurs, produits et services des sous-traitants,
logistique, etc.).
– Vérifiez auprès de vos fournisseurs et sous-traitants s’ils ont un plan de
continuité des opérations et, le cas échéant, tenez-en compte.
L’interdépendance des entreprises est plus grande en temps de crise.
– Formez et préparez une main-d’oeuvre auxiliaire pour une possible
relève (e x : des employés « sur appel », des employés occupant
d’autres fonctions ou des retraités).
– Élaborez et prévoyez 2 scénarios : l’un prévoyant une augmentation
de la demande pour vos produits ou services en cas de pandémie,
l’autre prévoyant une diminution de la demande.
– Déterminez les éventuels effets d’une pandémie sur la situation
financière de votre entreprise en imaginant de multiples scénarios
applicables à différents sites de production ou de gammes de
produits.
– Déterminez les effets éventuels d’une pandémie sur les déplacements
professionnels à l’intérieur du pays et à l’étranger (ex : fermeture des
frontières).


En conclusion

Il s’avère difficile de connaître à l’avance l’ampleur des conséquences
d’une telle crise. Ce qui est certain est que la menace de cette grippe
est telle qu’il devient fortement recommandé pour les employeurs de
procéder à la mise en place d’un plan d’action pour : 1) protéger la
santé de leur employés (conformément à la Loi sur la Santé et Sécurité
du Travail); 2) assurer la continuité des opérations de production ou
commerciales de l’entreprise en cas de pandémie.

Téléchargez cet article en version PDF