Découvrez notre division Stratégie Marketing RH
LAC-MÉGANTIC+LÉVIS+SAINT-GEORGES+THETFORD MINES

BLOGUE +

Cameron ressources humaines

Janie Cameron

Janie Cameron
Conseillère en ressources humaines

  2021 | 11 | 13

Les augmentations de salaire : sont-elles la seule solution?

Comment faire pour attirer de la jeune main-d’œuvre, mobiliser celle-ci et surtout, comment faire pour la retenir? Étant moi-même une jeune adulte qui fait son entrée sur le marché professionnel, on me demande souvent comment faire pour attirer les candidats de talent de ma génération.

C’est une question qui est, et qui sera, de plus en plus posée de la part des employeurs puisque les milléniaux seront bientôt le cœur de la population active. Il sera donc primordial pour les gestionnaires de se pencher sur la question, sachant que la chasse aux talents est déjà très difficile et ne cessera de s’intensifier pour les prochaines années.

D’abord, il est faux de croire que le salaire est LA solution qui vous permettra de d’attirer et de retenir votre jeune main-d’œuvre dans l’entreprise. Évidemment, il est essentiel pour un employé de sentir qu’il n’y a pas d’écart entre sa contribution au succès de l’entreprise et la rémunération accordée par l’entreprise en échange de sa prestation de travail.

En revanche, opter pour une augmentation de salaire, spontanée et sur demande, en guise d’argument pour retenir un employé ne sert que de pansement temporaire. En effet, selon la littérature, la satisfaction à l’égard de cet ajustement salarial ne sera que pour 2 à 3 semaines, tout au plus !

Ceci dit, la rémunération directe peut permettre d’attirer certains candidats si elle est avantageuse face à la concurrence, mais un employé en emploi accordera beaucoup d’importance à la rétribution intrinsèque plutôt qu’au salaire et aux divers avantages sociaux offerts.

On entend par rémunération intrinsèque tout ce qui est intangible, mais nécessaire :la sécurité d’emploi, les marques de reconnaissance, l’autonomie au travail, etc. Voyons les points clés qui contribuent à attirer, mobiliser et retenir nos milléniaux :

Reconnaissance au travail

Bien qu’il puisse sembler difficile de satisfaire un milléniaux, celui-ci souhaite simplement que sa contribution au sein de l’entreprise ait un impact, qu’il participe de près ou de loin à la réussite de l’entreprise. Un gestionnaire qui  voit à reconnaitre le savoir-faire et le savoir-être de ses employés, en plus de donner de la rétroaction de façon continue à ces derniers, participera à augmenter la motivation de sa jeune main-d’œuvre.  

Autonomie

En plus d’être un élément dominant, l’autonomie au travail englobe   plusieurs éléments des conditions de travail. D’un côté, elle peut se référer au fait de permettre à un employé d’avoir suffisamment de latitude quant à ses méthodes de travail et à sa prise de décision. Évidemment cette latitude est le fruit d’une relation de confiance entre le supérieur immédiat et l’employé, de même que d’une communication claire des objectifs fixés.

Puis, d’un autre côté, elle peut se concrétiser par le fait de laisser une certaine latitude à l’employé à l’égard de son horaire de travail, afin que celui-ci réponde le plus possible à ses besoins tout en respectant ceux de l’entreprise. Néanmoins, lorsqu’elle est envisageable, la flexibilité au niveau de l’horaire de travail, mais aussi du lieu de travail, sont des éléments de plus en plus recherchés de la part des milléniaux qui misent sur l’équilibre professionnel et personnel.

EN CONCLUSION, la reconnaissance au travail et l’autonomie sont la clé pour favoriser une meilleure attraction et mobilisation des milléniaux, mais surtout pour réduire les départs hâtifs de ceux-ci. Un employé mobilisé sera plus engagé dans son milieu de travail et donc plus performant ce qui, à l’étendue de l’ensemble des employés, n’aura que des effets positifs pour l’entreprise et l’équipe.  

Références :

https://www.cfib-fcei.ca/fr/ressources/remuneration

https://www.facteurh.com/022016/stephanie

St-Onge, S. (2020). Gestion de la rémunération, 4e édition. Montréal : Chenelière Éducation.