Découvrez notre division Stratégie Marketing RH
LAC-MÉGANTIC+LÉVIS+SAINT-GEORGES+THETFORD MINES

BLOGUE +

Cameron ressources humaines

Chantal Larouche, CRHA

Collaboration spéciale : Chantal Larouche, CRHA
Chantale Larouche CRHA

  2021 | 11 | 24

Votre entreprise sera-t-elle touchée par les modifications prévues à la nouvelle loi modernisant le régime de santé et de sécurité du travail (LSST)?

La réponse est : Absolument! Mais si la santé individuelle et la santé organisationnelle allaient de pair pour un milieu de travail sainement performant?

En mars 2020, le monde du travail était en état de choc et subissait un grand bouleversement.  Dans les organisations, patrons et employés étaient touchés par l’incertitude.  Bien que chacun le vivait différemment, tous subissaient un stress. Après plus de 18 mois, la pression est demeurée importante.  Elle s’est même amplifiée avec la pénurie de personnel. Au surplus, cette pénurie est là pour rester et pourrait même durer toute une décennie!

La pandémie a certainement accentué les problématiques de santé mentale qui étaient toutefois déjà présentes bien avant.  Notamment, une étude publiée par la Commission de la santé mentale du Canada en 2016 nous informait que 70 % des coûts associés à l’invalidité au travail étaient liés à la maladie mentale. Une autre étude en 2019, nous indiquait que chaque semaine, 500 000 travailleurs canadiens s’absentent en raison de problèmes de santé mentale ou maladies connexes.

Actuellement, il est encore trop tôt pour évaluer tous les effets de cette pandémie sur la santé globale des employés.  Nous pouvons cependant penser que le télétravail à temps plein a pu amplifié les problèmes musculosquelettiques. En effet, enchaîner des rencontres en visioconférence Zoom, Teams et autres a augmenté les problèmes physiques liés aux dos, aux épaules et au cou et a amplifié les problèmes de sédentarité.  Par ailleurs, le télétravail à temps plein a créé plus d’isolement et a pu avoir un impact négatif sur l’entraide entre collègues et l’esprit d’équipe, pour ne nommer que ces derniers.

À travers tous ces bouleversements, la loi modernisant le Régime de santé et sécurité du travail au Québec (LSST) était adopté en octobre 2021. La notion de santé psychique a été ajoutée en complément à la santé physique. Dorénavant, l’emphase sera mise sur la prévention et visera toutes les organisations au Québec dans tous les secteurs d’activité.  Des mécanismes de prévention et de participation devront être mis en place (plan d’action ou de prévention) selon la taille de l’entreprise.   Des actions devront être réalisées afin d’identifier, de contrôler et/ou d’éliminer les risques psychosociaux (RPS) qui s’ajoutent à l’analyse des risques physiques, ergonomiques, chimiques et biologiques.

 Mais quels sont-ils ces risques psychosociaux (RPS)? 

La LSST a retenu les recommandations de l’institut national de santé publique du Québec (INSPQ), en identifiant les RPS suivants : la charge de travail, l’autonomie décisionnelle, la reconnaissance, le soutien social du supérieur et des collègues et le harcèlement psychologique.  En termes simples, résumons que les entreprises devront analyser leurs pratiques de gestion en lien avec ces risques car ils peuvent avoir un effet négatif sur la santé psychologique et physique des employés.  Suite à cette analyse, des actions concrètes devront être indiquées dans un plan d’action ou un plan de prévention afin de mettre en place des pratiques favorables à la santé globale des employés.

Pourquoi s’en préoccuper?

Plusieurs études démontrent que la présence d’un ou de plusieurs risques psychosociaux du travail entraîne, pour les employés, des risques plus élevés d’atteinte à la santé physique et psychologique et un risque plus élevé d’accident de travail. Ces effets augmentent avec la durée et l’intensité de l’exposition.  Notamment, les travailleurs exposés à un ou plusieurs risques psychosociaux ont :

  • 1,4 à 4 fois plus de risque d’accidents de travail
  • 2 fois plus de risque de détresse psychologique
  • 1,5 à 4 fois plus de risque de troubles musculosquelettiques (1)

Entrepreneurs, dirigeants et gestionnaires des ressources humaines, je vous entends déjà vous posez la question suivante:  Mais par quoi commencer?

 Allez-y graduellement en implantant un programme structuré en santé et mieux-être :

  • Prenez le temps d’effectuer un sondage pour connaître l’opinion de vos employés.
  • Faites une analyse de vos enjeux organisationnels.
  • Vous vous assurerez de mettre en place des actions qui auront un impact. Surtout, ne commettez pas l’erreur de simplement reprendre l’idée de votre concurrent qui vous semble innovatrice. Distinguez-vous et faites de la santé et du mieux-être votre culture d’entreprise et votre marque employeur. Assurez-vous par le fait même de fidéliser vos employés!
  • Impliquer tous les acteurs (employés, employeur et syndicat). Engagez-vous sincèrement au niveau de la haute direction.
  • Pensez à communiquer en impliquant les gestionnaires dans la promotion de bonnes pratiques auprès des employés. Ces derniers peuvent contribuer efficacement à la prévention des problèmes de santé globale au travail.

 N’hésitez pas à nous contacter pour de plus amples informations sur le sujet. Nous pouvons vous soutenir, vous guider et vous offrir un accompagnement personnalisé en fonction de vos besoins et de vos enjeux.

Commençons dès maintenant à agir en prévention et ce, un pas à la fois!

 Références :

(1) INSPQ, Fiche de sensibilisation, Risques psychosociaux du travail : des risques à la santé mesurables et modifiables.

Projet de loi modernisant le régime de santé et de sécurité du travail (gouv.qc.ca)